samedi 18 février 2012

Après Zizou... La Zaza (Je te veux si tu veux de moi)

(Ecrit à 6 mains, dont 2 dans le slip, toi aussi devines qui qui dit quoi)

L'apport de la culture (civilisation?) maghrébine à l'Europe est à chercher du côté du corps... Tabatha Cash, Zahia Dehar, Zinnedine Zidane... Hafida Turner... Mais aussi Mahmoud, maçon ou Jelloul, mineur... En parlant de mineurs, j'allais oublier Bunga Bunga Ruby alias Karima El Mahroug; Ruby c'est plus vendeur... comme dans le sketch des inconnus. Ce serait facile de parler d'exploitation, de domination, et de prostitution (de palace ou de trottoir) mais là n'est pas mon propos. Je ferai juste remarquer que la ligne de vêtements Zahia Dehar (au vu de la quantité de tissu utilisée, j'ose à peine les appeler ainsi) est symptomatique de son âme d'enfant à peine pubère et que son inspiration ressemble vaguement à celle d'une enfant de 5 ans... princesses, papillons et fées... Le tout en version salope mais, pour une fois, je ne veux voir que la candeur de la chose. D'ailleurs son physique-même est celui d'une adolescente à qui on aurait collé de faux seins, de fausses lèvres et une fausse attitude aguichante... (Oui, je sais on aurait dû lui greffer aussi un cerveau). Et que dire du rôle de Lagelfeld? Il doit se prendre pour Pygmalion sauf que d'un être vivant il a fait un corps inerte et mort.

Personnellement je n'avais pas même relevé que Zahia était d'origine non française... l'assimilation par la prostitution et la décoloration a fait son oeuvre chez moi... Ce qui m'intéresse chez cette gourdasse, c'est plutôt sa capacité a capitaliser sur une image de pute mineure de luxe pour footballeur quasimodesque marié, au point de s'introduire dans la plupart des médias, même prétendument sérieux, s'adressant probablement au même public que celui séduit par Ariane Massenet, Christophe Dechavanne ou Nadine Morano.
Et finalement, Zahia n'est autre qu'une Nadine Morano comme les autres... Une femme dont la carrière tient uniquement sur la forme, l'image, la brillance. Et après tout, quoi de plus normal pour une péripatétipute (je parle de Zahia là, hein) comme pour une rabatteuse de chalands fatigués ne frissonnant plus que par la queue ou par la brève de comptoir
Donc, oui, la France est un pays de cons. On a les putes et les politiques qu'on mérite. C'est bien fait pour vos gueules. 

Mais est-ce la France ou le monde entier qui fonctionne ainsi ? Et puis ici, on pointe généralement assez les faux impertinents, les faux critiques pour ne pas jeter la pierre aussi sur leurs images opposées: ces hommes de l'ombre, communicants, conseillers en com, publicitaires, directeurs marketing et faiseurs d'opinions consuméristes en tout genre qui, tranquillement et par la grâce diffuse de la déresponsabilisation sociale que permet l'éclatement des tâches et l'arrivisme entêtant qui meut les structures sociales qui les porte, seront capables de tout vendre, sans morale, sans foi, sans principes...
Ils nous vendront le fascisme, les camps, la ségrégation sociale quand ça sera vendeur comme ils pourraient vendre la pédophilie, le crime ou le vol, ce qu'ils font déjà d'une certaine manière.

4 commentaires:

Le cynique a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=uNqQqfwHedU


Brève de comptoir de Nadine Morano

Le cynique a dit…

Sur Zahia au pays des lapins roses...

http://1pic1day.com/la-douce-voix-de-zahia-dehar-video#!lightbox/0/

Axelle Raide a dit…

En rouge c'est du Ker. En bleu du Couilles en stock...
J'ai bon?

Le bougnat a dit…

anéfé. Et moi je suis back to black. Content de te voir par ici. ;-)