mercredi 21 mars 2012

Envoyez du bois, il ne vous en voudra pas

Sous la pesanteur écrasante de ce moment tellement pétrifiant et accablant de ce que le monde peut nous offrir de pire, et parce que le lectorat élargi de ce blog n’est finalement composé que de ses auteurs (et encore, pas tous), je vais vous inviter par la présente diatribe à élever le débat vers les cimes, nous menant à des préoccupations autrement réjouissantes, rassurantes et familières.
Et quel autre sujet ne saurait plus nous aider à extraire nos mornes pensées de ce climat navrant que celui des convictions les plus intimement universelles, ponctuellement définitives et tristement euphorisantes de votre serviteur favori? On se le demande.

La conviction optimiste du jour : Le monde va mal. Oups, pardons, il est midi, les infos d’Inter polluent mon propos et altèrent mes pensées et ma soif d’optimisme trop souvent encline a sombrer dans la moiteur des limbes à la moindre écoute du mot « tueur d’enfant» quand, bizarrement les mots « steak» , « plage» ou « polymorphe » éveillent en moi le plus grand des enthousiasmes me faisant tressauter de mon siège « Nominell », gloussant de plaisir, m’imaginant dans l’instant pavlovien étouffé par le bonheur simple de jouir d'une vie faite de contentement, d’autosatisfaction, de sexe, de jeux vidéos et de pizzas.
Bon, on pourrait aussi considérer que le fait que le monde aille mal n’est pas une si mauvaise nouvelle…
(Ok, c’est pas l’euphorie comme théorie, et si je vous plombe, je vous invite dès a présent à sauter sans la moindre culpabilité (pour une fois qu’on peut sauter sans culpabiliser, ne vous privez pas) ce paragraphe pour vous abandonner tous chakras ouverts dans le prochain qui est une véritable tuerie –métaphoriquement parlant, hein- comme rarement vous en lirez ici. )
Après tout, donc, avec un peu de chance, on en sera rapidement débarrassé de ce monde nauséabond, et dans la foulée, nos problèmes d’ongles incarnés, d’incompréhension de la règle du hors-jeu au water poney, de nains amétropes agressifs ou de taille de voiture désavantageuse,  ne seraient plus qu’un lointain souvenir dispersé parmi des millions d’atomes plus trop soucieux de leur condition, brutalement décoiffés par le souffle pestilentiel des deux milles ogives nucléaires balayant leurs mornes angoisses égarées à l’instant même vers des préoccupations aussi fondamentales que « c’est laquelle déjà la 11 ? NT1 ou W9 ». 

La conviction optimiste du jour : le bois c’est bien !
Si si, je vous assure, et ça devrait vous mettre en joie. Ne soyez pas dubitatif (non, pas le salon de coiffure de mes rêve, mais cet air méfiant, là).
Le bois, c’est bien vous dis-je.
Intrinsèquement, fondamentalement, à tous points de vue (même par-derrière) et pour tous usages (essayez, vous serez surpris).
Ne dit-on pas d’ailleurs « envoyer du bois », « toucher du bois », « un bois vaut mieux que deux tu l’auras » ou « tout vient au bois à qui sait attendre » voire « reprend un peu de bois-bandé mon chéri je suis chaude comme ta mère devant le catalogue des 3 suisses» ?

Voilà, démonstration est faite. Vous pourrez dès à présent vous réjouir pour le reste de votre inutile existence grâce à cet humble matériau qui nous entoure dans tous les moments de notre vie, tel un doudou bienveillant, un ange omniprésent, une fée omnipotente, un nuage de tempérance.
Le bois, ce sont les quatre vertus cardinales pour le prix d’une seule.
Des questions ? 

8 commentaires:

Le rageux a dit…

Oui, une.

T'as dit à ta psy que t'étais un génie ?

Le nihiliste a dit…

Nan, mais j'ai vu dans son regard et les éloges qu'elle me fait que ce trait de ma personnalité était tout à fait intégré

Le bougnat a dit…

Pff elle veut juste se faire... Le transfert toussa.

Sinon elle t'as vraiment dit que ça allait mieux?

Le nihiliste a dit…

Nan, mais par contre je pense qu'elle est de plus en plus amoureuse ouais

Le bougnat a dit…

Si elle est jolie (hum) ça vaut toutes les thérapies.
Fonce, propose lui des séances in situ, dans une approche comportementaliste... Moi je dit ça pour que t'ailles mieux hein.

Le nihiliste a dit…

Hum... elle est relativement lustrable ouais, mais là je suis en reconstruction tu vois, je dois franchir les étapes une à une, gravir cette montagne de complexes pour ensuite traverser un océan de défauts laissant place à une forêt de vices me permettant d'enfin régner sur mon nouveau moi parfait, autosatisfait et intouchable ... donc, en fait nan, pas là

Le bougnat a dit…

Bah! Fais-le au moins pour alléger ta facture consultations hein. Si ça aide pas à la reconstruction ça aidera au moins à payer la maison secondaire aux Seychelles. Nanmésandéconé

Anonyme a dit…

C'est toi les aisselles